Retour

Quelle taille choisir pour ses implants mammaires ?

Quelle taille choisir pour ses implants mammaires ?

Les conseils du chirurgien pour une implantation mammaire réussie

Les demandes des patientes peuvent être très différentes :

  • Une jeune fille très complexée par sa poitrine peu ou pas développée, peut vouloir obtenir simplement une petite poitrine « normale » en rapport avec sa morphologie

  • Une jeune maman a pu voir sa poitrine fondre après une grossesse ou son allaitement et souhaite retrouver une poitrine bien galbée et plus tonique remplissant bien ses soutiens-gorge, sans être obligée de tricher avec des soutiens-gorge rembourrés ou coqués.

  • D’autres patientes souhaitent une forte augmentation avec un galbe très prononcé, voire provocant…

Le rôle du chirurgien est de satisfaire autant que possible la demande, mais il existe des limites techniques qui peuvent amener à modérer la demande d’augmentation mammaire :

Trois conditions essentielles sont nécessaires :

  • Obtenir un résultat harmonieux
  • Ne pas abîmer les structures de la glande mammaire
  • Préserver l’avenir.

 

L’harmonie du résultat d’une opération de la poitrine

Elle ne peut être obtenue qu’en choisissant la taille de l’implant en fonction de la morphologie de la patiente et de l’élasticité de la peau.

C’est la largeur du thorax et des seins qui déterminent le diamètre de prothèse mammaire.

C’est l’élasticité de la peau qui conditionne l’épaisseur de la prothèse mammaire et donc l’importance de la projection du sein. Trop large ou trop bombé, l’implant est trop à l’étroit et le sein immanquablement trop ferme et souvent non harmonieux, voire déformé.

La préservation des structures du sein

La distension excessive par un implant trop gros abîme les structures vasculaires qui nourrissent la glande et expose au risque d’atrophie définitive de celles-ci.

La distension des nerfs exposés aux risques de troubler la sensibilité du sein et des mamelons. Après la grossesse, le sein s’est naturellement développé, les vaisseaux sanguins et les nerfs se sont allongés avec la croissance de la glande, autorisant la mise en place d’implants plus gros après la grossesse.

 

L’implantation mammaire dans le temps

Si une grossesse ultérieure est envisagée, il faut bien comprendre que la glande mammaire va se développer pendant toute la grossesse et la montée de lait.

Cette distension supplémentaire expose aux risques que la peau « lâche » avec apparition de vergetures et ptose du sein (le sein qui « tombe »).

La qualité de la peau conditionne donc le volume des implants mammaires. Si une grossesse est envisagée, ou si la peau est déjà abîmée ou vergeturée, il faut modérer le volume des implants pour limiter le risque des vergetures et de ptose ultérieure.

Tous ces éléments doivent être expliqués lors de la consultation, afin de décider d’une augmentation raisonnable qui n’expose pas aux complications et préserve l’avenir.

Nous vous invitons à nous joindre par mail ou par téléphone pour prendre rendez-vous à notre cabinet.

Prenez contact