Philippe Bousquet

Chirurgie de la ptose mammaire

Le terme de « ptose mammaire » est utilisé pour qualifier les seins qui « tombent »

Il peut s’agir d’une véritable malformation du sein chez la jeune fille, la poitrine ayant toujours été inesthétique, pointant vers le bas, avec souvent des aréoles élargies et inesthétiques, ainsi qu’une asymétrie de volume des deux seins : ce sont les seins tubéreux, très mal vécus par les jeunes filles, qui peuvent être opérées dès la croissance mammaire terminée vers 17 ou 18 ans.

Le plus souvent, la ptose du sein est la conséquence d’une variation de volume du sein : hypertrophie mammaire, grossesse, ou amaigrissement important…

Le sein tombe, la peau est vergeturée, et outre la gêne esthétique, il existe un inconfort au quotidien et des contraintes d’habillage.

Le chirurgien plasticien apprécie le degré de la ptose en évaluant la position de l’aréole et du téton par rapport au sillon sous-mammaire (le sillon qui dessine l’implantation du sein sur le thorax). Il apprécie aussi le volume de la glande mammaire qui devrait être ajusté pour obtenir un galbe harmonieux. Il faudra parfois réduire un peu le volume, ou au contraire l’augmenter un peu pour retrouver un galbe suffisant, par mise en place d’un implant mammaire ou un lipomodelage associé.

C’est la distension de la peau qui est responsable de la ptose du sein, c’est donc la qualité de la peau qui déterminera la technique choisie et la longueur des cicatrices  éventuelles…

C’est encore la qualité de la peau qui conditionnera la stabilité du résultat, quelle que soit la qualité de l’intervention réalisée.

Demandez conseils auprès du Docteur Philippe Bousquet, chirurgien esthétique à Montpellier.

 

En savoir plus