Interventions

L’enfant - L'adolescent

La chirurgie la plus fréquemment réalisée chez les enfants est la correction des oreilles décollées (otoplastie).
Cette intervention peut être réalisée à partir de 8 ou 9 ans, si l’enfant est très gêné et motivé, et peut faire l’objet d’une prise en charge par les organismes sociaux avant 16 ans.

L’adolescence est une période de mutation physique et psychologique considérable. L’adolescent est bien souvent préoccupé de cette transformation physique et il est très fréquent de voir apparaître une gêne, parfois un véritable complexe concernant par exemple l’acné, un surpoids transitoire, un nez jugé trop important, ou une poitrine jugée insuffisante ou excessive… Les adolescents sont très sensibles aux effets de la mode et se sentent vite marginalisés et exclus par leur petite particularité physique. Il n’est pas concevable de réaliser une intervention à cet âge pour suivre la mode…

Seul un problème important, à l’origine d’une gêne psychologique sévère (hypertrophie considérable de la poitrine, malformation mammaire ou thoracique sévère), … fait amener à consulter et peut éventuellement conduire à une intervention de chirurgie réparatrice.

L’adulte jeune

Lorsque la personnalité est structurée, il est possible d’envisager la correction de petites disgrâces si elles perturbent l’épanouissement personnel. Voici un aperçu des interventions les plus fréquemment réalisées.

LE VISAGE

  • Otoplastie : correction des oreilles décollées
  • Rhinoplastie : opération du nez permettant la correction d’une hypertrophie du nez ou d’une déviation de la pyramide nasale, correction d’une bosse, d’une pointe du nez trop ronde ou tombante… La rhinoplastie peut parfois être associée à une correction du menton (mentoplastie), permettant une correction d’ensemble du profil du visage (profiloplastie).

LA POITRINE

  • La réduction mammaire permet de corriger un volume mammaire excessif entraînant gêne fonctionnelle et psychologique.

Le bénéfice sur le confort de vie et l’esthétique de la silhouette est considérable mais cette intervention laisse persister sur la poitrine quelques cicatrices, habituellement discrètes, mais jamais totalement invisibles.

  • L’augmentation mammaire, avec mise en place d’implants, permet de corriger une insuffisance du développement de la glande mammaire.

Bien que les résultats soient très spectaculaires avec une rançon cicatricielle très faible, cette chirurgie doit être réalisée avec raison, pour préserver l’intégrité des glandes mammaires et permettre les grossesses ultérieures.

  • Les mammoplasties permettent de corriger les asymétries et malformations mammaires (seins tubéreux) ou thoraciques (thorax creux ou thorax en entonnoir…).

Ces interventions peuvent parfois faire l’objet d’une prise en charge par les organismes sociaux s’il s’agit d’une chirurgie véritablement réparatrice d’une malformation avérée.

LA SILHOUETTE

Les prises de poids peuvent entraîner des stockages adipeux localisés qui ne disparaissent pas après un régime bien conduit et une réduction pondérale.
Chez la femme, le stockage graisseux est gynoïde, réparti surtout sur la partie inférieure du corps : culotte de cheval, face interne des genoux et des cuisses, hanches, « poignées d’amour » et abdomen.
Chez l’homme, le stockage adipeux est androïde, essentiellement localisé au niveau de la face et du cou et du tronc (thorax et abdomen).

  • La lipoaspiration ne constitue pas une méthode d’amaigrissement, elle ne peut que corriger les excès adipeux localisés rebelles au régime, sous réserve que l’élasticité de la peau soit suffisante.

Après les grossesses

Il est fréquent que la silhouette se transforme à l’occasion des grossesses, surtout lorsque la grossesse a été accompagnée d’une importante prise de poids.

La poitrine perd souvent son galbe par simple perte de volume de la glande, survenant après l’allaitement, ou parfois par véritable ptose du sein avec distension de la peau et vergetures. La mise en place de prothèses ou le lifting des seins, interventions qui peuvent être associées, permet de retrouver sa silhouette et son décolleté.

  • Fiche Ptose mammaire
  • Fiche Prothèse mammaire
  • Fiche Hypertrophie mammaire
  • Au niveau abdominal, les capacités de l’organisme féminin à réparer la distension abdominale dans les suites d’une grossesse sont très importantes au cours de la première année. Une bonne hygiène alimentaire et une gymnastique abdominale adaptée permettent bien souvent de retrouver rapidement sa silhouette.

Toutefois, il est possible que la grossesse laisse quelques séquelles au niveau de l’abdomen.

Une surcharge adipeuse persistante autour de l’ombilic, responsable d’un petit ventre rond, peut être traitée simplement par liposuccion si l’état de la peau le permet.

Si la peau reste distendue avec vergetures et petit bourrelet cutané résiduel, une abdominoplastie sous-ombilicale permet d’effacer ce petit bourrelet disgracieux et de retrouver un ventre tonique.

Enfin, si la distension cutanée est importante et s’accompagne d’une altération des muscles abdominaux (diastasis des muscles grands droits), une abdominoplastie (lipectomie abdominale) permet de traiter la surcharge graisseuse, de remettre la peau en tension et de réparer les muscles abdominaux.

  • Au niveau de la silhouette, de petites surcharges adipeuses localisées (hanches, poignées d’amour, culotte de cheval), persistant après une réduction pondérale, peuvent être corrigées par lipoaspiration.

Plus tard

LA SILHOUETTE

Les surcharges pondérales sont fréquentes et favorisées par la baisse d’activités sportives, l’arrêt du tabac, le stress, le stress des accidents de la vie, la ménopause…

Après correction de l’hygiène de vie, réduction pondérale, les surcharges adipeuses peuvent souvent être traitées par simple lipoaspiration.

LE VISAGE

La transformation du visage au fil du temps est bien sûr inévitable. La peau peut commencer à perdre son éclat et montrer les premières ridules dès la trentaine. Un traitement cosmétique dermatologique précoce, allié à une bonne hygiène de vie, permet de conserver plus longtemps l’éclat de son visage et la fraîcheur de son teint.
Le soleil, le tabac, les variations pondérales importantes sont les ennemis de la peau.

A partir de la quarantaine, les rides d’expression se marquent, notamment autour des yeux, et peuvent bénéficier d’un traitement par injections de toxine Botulinique.
Peelings et Lasers de remodelage optimisent l’éclat de la peau et effacent taches et ridules, les rides plus profondes peuvent être comblées par injection de Collagène ou d’acide hyaluronique.

Lorsque le regard présente des signes de fatigue et de lassitude, avec excès de peau au niveau des paupières supérieures et poches palpébrales, la Blépharoplastie, réalisée sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale, permet de retrouver un regard détendu et reposé.

Lorsque les traits du visage se creusent avec fonte des pommettes, creusement des cernes sous les yeux, et qu’apparaissent les premiers signes de détente cutanée, le visage perd sa bonne mine et sa plénitude. La lipostructure, ou lipofilling, permet de restructurer les volumes du visage en regonflant les pommettes, les cernes et les dépressions par une greffe de cellules graisseuses, prélevées simplement au niveau de l’abdomen ou des cuisses.
Cette intervention réalisée en chirurgie ambulatoire redonne, avec un naturel remarquable, éclat et plénitude en restaurant les volumes d’un visage jeune. Elle retarde de quelques années la nécessité d’un lifting.

A partir de la cinquantaine, le vieillissement du regard et du visage s’aggrave inéluctablement, précipité chez la femme par les altérations de la peau liées à la ménopause.
La fonte graisseuse au niveau des pommettes s’accompagne d’une chute des traits : les joues se creusent, le bas du visage s’empâte, avec apparition de bajoues au niveau de l’ovale du visage, aggravation des plis nasogéniens et des plis d’amertume. Plus tard, le cou se détend également avec aspect de double menton ou aspect fripé de la peau jusque dans le décolleté.

Le lifting cervicofacial est une intervention reine pour retrouver un visage frais, tonique et détendu.
Les liftings actuels corrigent la chute des traits en repositionnant les volumes graisseux et musculaires sans traction excessive sur la peau. Chaque visage vieillit de façon particulière : le lifting permet de traiter à la carte, et selon les besoins, les différentes régions (cou, ovale du visage, pommettes, regard) pour assurer un résultat parfaitement naturel.
Le lifting peut être associé, si nécessaire, à une blépharoplastie optimisant le rafraîchissement du regard, ou à une lipostructure des pommettes, permettant de restaurer des volumes plus jeunes