Chirurgie réparatrice et esthétique

La chirurgie plastique et réparatrice:

Les techniques utilisées permettent de « réparer » au mieux des lésions très diverses comme des malformations congénitales des enfants, des brûlures, certains traumatismes graves et certaines tumeurs qui doivent faire l’objet d’une exérèse large suivie d’une reconstruction, tumeur de la face, reconstruction du sein après cancer…
Cette chirurgie est prise en charge par les organismes sociaux de manière habituelle avec intervention de la sécurité sociale puis de la mutuelle complémentaire qui couvrira les éventuels dépassements d’honoraires ou les suppléments liés à l’hospitalisation (chambre particulière, forfait hospitalier).

La chirurgie esthétique est une chirurgie du bien-être réalisée chez les patients en bonne santé 

  • Chirurgie du vieillissement : lifting, chirurgie des paupières, peeling, laser
  • Correction morphologique telle que rhinoplastie, mentoplastie ou chirurgie de la silhouette, liposuccion, augmentation mammaire

Cette chirurgie est une chirurgie de confort, non motivée par une raison médicale sérieuse, et ne peut en aucun cas être prise en charge par les organismes sociaux.
Le devis réalisé lors de la consultation fixe le coût réel de l’intervention prévue comprenant les honoraires du chirurgien, les frais de clinique, l’anesthésie et le matériel prothétique nécessaire.

Cette chirurgie est désormais soumise à TVA pour l'ensemble des prestations.

Certaines interventions peuvent être motivées à la fois par un problème de santé et par un problème esthétique :

  • Hypertrophie des seins invalidante
  • Surcharge abdominale sévère et ventre délabré par les grossesses
  • Séquelles de fracture du nez, ou nez dévié avec obstruction nasale
  • Cicatrices
  • Certaines pathologies des enfants (oreilles décollées)

La sécurité sociale peut prendre en charge une partie de l’intervention, le plus souvent après demande d’entente préalable et contrôle médical. Cette participation n’est jamais complète, le chirurgien fixe librement le montant de ses honoraires et ceux de l’anesthésiste.
Les honoraires chirurgicaux non pris en charge par la sécurité sociale peuvent être facturés en dépassements d’honoraires et éventuellement remboursés par votre mutuelle, en fonction du niveau de remboursement prévu par votre contrat et de la nature de l’intervention réalisée.